Douglas Lindelöw devant Kevin Staut à Oslo

Douglas Lindelöw et Zacramento ont été imprenables aujourd'hui à Oslo.
Crédit : Satu Pirinen/FEI

Dimanche 14 octobre - 16h28 | Marc Verrier

Douglas Lindelöw devant Kevin Staut à Oslo

A l’issue d’un barrage à douze, le Suédois Douglas Lindelöw remporte le Grand Prix Coupe du monde d’Oslo devant Kevin Staut et Edwina Tops-Alexander.  

Aldrick Cheronnet trop lent

Ils étaient trente-huit au départ de ce Grand Prix Coupe du monde d’Oslo et douze à parvenir à se qualifier pour le barrage. Les difficultés du parcours étaient bien dosées, l’une des grosses difficultés étant la ligne sept – huit – neuf avec quatre belles foulées pour aborder le double huit qui sera l’obstacle ayant fait le plus de faute. Le temps imparti, sans être complètement confortable n’était pas non plus très serré, mais a néanmoins empêché deux couples de prendre part au barrage. Il y aura malheureusement parmi eux Aldrick Cheronnet, parti en numéro trois et qui aura été le premier à sortir de piste sans faire tomber de barre avec Tanael des Bonnes, mais en dépassant le temps limite de plus de trois secondes.
 
Deuxième Français à prendre le départ, Olivier Robert avait choisi Vangog du mas Garnier, peu expérimenté à ce niveau. Le fils de Cornet Obolensky a semblé avoir un peu de mal à se mettre sur la hauteur en début de tour et fautait sur le numéro deux après avoir touché le un. Après quelques sauts, Vangog sembla plus à l’aise et effectua la suite du parcours de façon plutôt concluante, même s’il commettait une nouvelle faute sur le numéro neuf… en accrochant le chandelier.

Dans un concours morose pour les Tricolores, Kevin Staut allait mettre un peu de soleil dans le clan bleu en réalisant un sans-faute probant avec Silver Deux de Virton*HDC, ce qui lui vaudra de partir en dernier au barrage.
 

Kevin n'est pas passé loin

Kevin n'est pas passé loin - Douglas Lindelöw devant Kevin Staut à Oslo

Comme l'an passé, Kevin Staut repartira d'Oslo avec la deuxième place dans l'étape de la Coupe du monde Longines.
Crédit : Satu Pirinen/FEI

La Finlandaise Anna-Julia Kontio ouvrait le barrage avec Ornellaia, une jument précédemment montée par John Whitaker. Après un bon début, tout se dégradait avec trois fautes consécutivement. L’Italien Michael Cristofoletti réussissait ensuite un bon sans-faute avec Belony, mais dans un chrono qui ne semblait pas suffisant pour briguer la victoire.
Le Belge Karel Cox et Evert abaissaient ensuite le chrono de deux secondes, mais avec une faute sur le dernier.
 
Le Suédois Douglas Lindelow réussissait ensuite un barrage quasi similaire à celui du Belge, mais Zacramento ne touchait aucune barre pour prendre la tête. L’Italien Luca Maria Moneta, avec Connery, prenait ensuite une option originale pour aller sur le dernier, mais il lui manquait cependant une grosse seconde pour inquiéter le Suédois. Hans Dieter Dreher avec Twenty Clary puis Denis Lynch sur The Sinner jouaient ensuite placés sans prendre de risques inconsidérés pour aller chercher la victoire.

Les Belges Pieter Devos avec Espoir puis Olivier Philippaerts sur H&M*Legend of Love écopaient tous deux d’une faute, alors que le jumeau Philippaerts était plus rapide que le leader.
Edwina Tops-Alexander joua le jeu avec California, mais il lui manquera une petite seconde pour inquiéter Lindelow. Son collègue d’écurie, l’Italien Alberto Zorzi, était lui plus rapide, mais Contanga ne sauta pas l’entrée du double.

Dernier à prendre le départ, Kevin Staut tenta crânement sa chance, même si Silver Deux de Virton*HDC n’est pas le cheval le plus rapide. Le fils de Kashmir se montra de nouveau impeccable, mais il lui manquait quatre-vingt-quatre centièmes pour pouvoir prétendre à la victoire, s'adjugeant néanmoins la deuxième place pour cinq centièmes de moins qu'Edwina Tops-Alexander. Kevin se montrait quelque peu déçu en sortant de piste, peut-être de ne pas avoir pris plus de risques sur la dernière ligne comme Lindelöw, ou d'être de nouveau deuxième comme en 2017, mais il réalise néanmoins une très belle entrée en matière dans cette saison Coupe du monde avec dix-sept points précieux dans son escarcelle.
 
Résultats complets, CLIQUER ICI
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #104 GRANDPRIX n°104 MARS

GRANDPRIX #104

(GRANDPRIX n°104 MARS)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter